En France aussi : Blanc comme… à Marseille

« En France aussi » est un rendez-vous mensuel permettant de (re)découvrir la richesse et la beauté de la France. Vous pouvez retrouver toutes les participations sur la page Facebook.

Ce mois-ci, le thème « Blanc comme… » est proposé par Virginie de « Les aventures d’Arthur et Thibaut« . Bien évidemment, une telle phrase fait songer à « Blanc comme neige ». Mais j’ai traité de la neige à Marseille dans ce billet (avec de belles photos), je ne voulais pas faire doublon. Je me suis creusée la tête, entre autres avec les idées proposées par les autres participants et tout à coup, flash, j’ai su ce dont j’allais vous parler : Blanc comme l’héroïne
Eh oui, Marseille est aussi (surtout) connue pour ses trafics de stupéfiants et règlements de compte.

Avant la seconde guerre mondiale

C’est dans les années 1930 que le crime s’organise à Marseille. Deux malfaiteurs s’imposent : l’Italien François Spirito et le Corse Paul Carbone. Leur pouvoir dans la cité phocéenne est équivalent à celui d’Al Capone à Chicago au même moment (toutes proportions gardées). 
Face à eux, un clan rival prend de l’essor : celui des frères Guérini, eux aussi Corses.
A cette époque, l’opium venant de Chine transite par Marseille avant de gagner les Etats-Unis.

En 1943, Paul Carbone meurt. Après la guerre, François Spirito est contraint à l’exil, laissant la voie libre aux frères Guérini.

La French Connection

Marseille est une étape clé de la route de la drogue. La morphine-base (issue de la culture du pavot) arrive clandestinement de Turquie par bateau. Elle est transformée à Marseille et expédiée sous forme d’héroïne aux Etats-Unis. La « French connection » atteint son apogée dans les années 1960. 90% de l’héroïne consommée en Amérique provient de la cité phocéenne.
Dans les années 1970, Nixon déclare la guerre à la drogue, fait pression sur la Turquie pour arrêter la culture du pavot, envoie des agents de la DEA à Marseille, etc. Face à toutes ces actions, la French connection prend fin.

La guerre des parrains

La fin de la French connection laisse la place à un milieu déstabilisé. Plusieurs parrains s’affrontent : Tany Zampa, Francis le Belge. Ils essayent tous de s’assassiner les uns les autres, les règlements de compte vont bon train.

La réalité dépassant la fiction, les faits inspirent de nombreux films. Le dernier en date est La French, sorti en 2014, avec Jean Dujardin dans le rôle du juge Michel et Gilles Lelouche dans celui de Tany Zampa. Le juge Pierre Michel, arrivé de Metz, harcèle le milieu, perquisitionne à gogo, ne lâche pas l’affaire jusqu’à ce qu’il soit abattu le 21 octobre 1981. A l’époque, j’étais petite (5 ans), mais je me souviens de cet événement suivi à la télé (j’habitais en région parisienne). Voir le film m’a permis d’en apprendre un peu plus et d’en avoir une connaissance plus précise.

 

En écrivant cet article, j’ai appris qu’il existait des « Marseille Gangster Tour » pour découvrir toute cette histoire en balades (leur page Facebook). A essayer 😀

Depuis 2000

Pendant que les parrains s’assassinent entre eux, des réseaux importants de trafic de drogue se mettent en place dans les cités défavorisées.
En 2000, la mort de Francis le Belge laisse le milieu déstabilisé. Nous assistons à de nombreux règlements de comptes entre ceux qui tentent d’émerger et de reprendre la main.
J’avoue que je n’arrive pas à suivre… je ne suis donc pas capable de vous l’expliquer.

Un très bon livre relate toute l’histoire des parrains, ceux d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agit de « Les nouveaux parrains de Marseille » de Xavier Monnier, publié en 2016. L’auteur a effectué une sérieuse enquête sur les anciens et nouveaux parrains. C’était intéressant de lire. En arrivant aux faits postérieurs à 2013 (date de notre installation à Marseille), j’apprenais les causes des faits divers qui ont marqué la ville. Vous pouvez trouver mon avis de lecture ici.

 

Voilà, voilà ce que le thème m’a inspiré 🙂

Sur ce, je vous dis, à la prochaine !

.

 

  Vous aimerez aussi :

la friche de l’Escalette

le savon de Marseille

le parc Borely

L’Huveaune

Categories: En France aussi

22 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *