Origine et explication des variations orthographiques entre
Un partage de notre contenu
Merci de voter ceci nous motive post

Origine et explication des variations orthographiques entre « appeléS » et « téléphoné »

Il arrive parfois que l’on pense pouvoir remplacer un verbe par un autre et l’écrire de la même manière. Cependant, cela est souvent une erreur, notamment lorsqu’il s’agit de la formation du participe passé. Cette question revient souvent, comme en témoigne le message que j’ai reçu de Marguerite, de Lyon : « Vous avez souvent parlé du participe passé, mais il y a encore des cas que je ne comprends pas. Si je dis ‘Mon frère et moi, on s’est appelé/s au téléphone’, il me semble qu’appelé prend un S. Mais est-ce que c’est pareil si je dis ‘Mon frère et moi on s’est téléphoné/s ?' ». Cette interrogation montre à quel point cette question peut être troublante, surtout lorsqu’il s’agit d’un simple coup de fil.

Et je peux parfaitement comprendre Marguerite. En effet, ces deux phrases ont exactement la même signification : « On s’est appelés au téléphone » et « on s’est téléphoné », donc on pourrait penser que les deux participes passés, appelés et téléphoné, se comportent de la même manière. Mais ce n’est pas le cas.

Pourquoi ? Pour comprendre, rappelons d’abord que s’appeler et se téléphoner sont ce qu’on appelle des verbes « occasionnellement pronominaux », c’est-à-dire qu’ils peuvent également être utilisés sans pronom : on peut téléphoner ou se téléphoner, on peut appeler ou s’appeler. Cependant, ces verbes occasionnellement pronominaux ont une particularité bien singulière au participe passé : même avec l’auxiliaire être, ils se comportent comme si c’était l’auxiliaire avoir.

Différences d’accord

Mais en quoi cela se traduit-il ? Eh bien, ces verbes s’accordent non pas avec le sujet de la phrase, mais avec le complément d’objet direct (COD), c’est-à-dire celui qui répond à la question « qui ? » ou « quoi ? ». Et cela uniquement s’il est placé avant le participe passé. C’est là que s’appeler au téléphone et se téléphoner diffèrent. En effet, on appelle quelqu’un, mais on téléphone à quelqu’un.

Prenons l’exemple de Marguerite : si je dis « Mon frère et moi, on s’est appelés », on a appelé qui ? Nous-mêmes, représentés par le S, qui joue ici le rôle de COD, placé avant. Par conséquent, on accorde : on s’est appelés. Mais avec « Mon frère et moi, on s’est téléphoné », on a téléphoné à qui ? Encore une fois le S, mais ici il s’agit d’un COI complément d’objet indirect, répondant à la question « à qui ? ». Comme il n’y a pas de COD, l’accord n’est pas nécessaire. On s’est téléphoné.

En résumé, il est important de retenir que les verbes s’appeler et se téléphoner, bien qu’ils aient une signification similaire, présentent des différences d’accord au participe passé. Il faut accorder le participe passé appelés avec le COD placé avant, mais on ne fait pas cet accord avec le participe passé téléphoné, puisqu’il s’agit d’un COI. Ces règles d’accord peuvent sembler complexes, mais avec un peu de pratique, il devient plus facile de les intégrer dans notre écriture.

découvrez l'origine et l'explication des variations orthographiques entre

Source: orthographe-pourquoi-ecrit-on-on-s-est-appeles-mais-on-s-est-telephone-7900329636″>www.rtl.fr

jerome abrouet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *