Différence entre histoire et intrigue

letters-637326_640Nous avions vu précédemment ce qu’est une intrigue, avec, pour illustration, une vingtaine d’intrigues différentes.

Bien souvent, nous avons l’impression qu’il n’existe pas de différence entre histoire et intrigue, qu’il est possible d’employer l’un ou l’autre terme sans que cela soit gênant.
Pourtant, cela est loin d’être le cas. Vous le comprendrez après avoir lu cet article.

 

Une différence de taille

Pour bien comprendre cette différence, penchons-nous sur ce que représente chaque terme.

L’histoire est une suite d’événements chronologiques et cohérents. C’est la partie logique du récit.

L’intrigue s’intéresse, quant à elle aux motivations et aux émotions des personnages. C’est la partie irrationnelle du récit. Elle lie, explique les faits de l’histoire. L’intrigue est le moteur de l’histoire.

 

Prenons une histoire pour exemple :
Gustave a un petit chat, Félix, qui meurt. Pour le remplacer, il décide de prendre celui du voisin. Il l’apprivoise et le nouveau chat, Pacha, change de maître.

A partir de cette histoire, plusieurs intrigues peuvent être créées. Ainsi, si le voisin maltraite Pacha, Gustave fait une bonne action. A l’inverse, si le voisin est très attaché à Pacha, par tristesse, Gustave devient le « méchant » de l’histoire.
De nombreuses intrigues peuvent être construites sur la base d’une même histoire.

 

Lors de l’écriture, histoire ou intrigue en premier ?

Lorsque nous souhaitons écrire un roman, que faut-il inventer en premier, l’histoire ou l’intrigue ? 
Les deux cas existent et c’est à vous de choisir ce qui vous convient le mieux.

 

L’histoire en premier

Vous avez l’histoire et souhaitez construire l’intrigue à partir de celle-ci. Pour cela, vous devez :
– déterminer les motivations des personnages,
– amplifier le potentiel émotif des situations, par tous les moyens possibles,
– maintenir la curiosité du lecteur en organisant judicieusement les scènes les plus émotionnelles,
– structurer la globalité du récit pour obtenir une montée progressive de la tension dramatique jusqu’au point culminant qui précède le dénouement.

La difficulté de cette méthode est de construire des personnages capables de jouer, de manière crédible, les rôles que nous leur avons créés.

 

L’intrigue en premier

Il est tout à fait possible d’avoir l’intrigue en tête en premier. Dans ce cas, vous créez vos personnages de manière fort poussée afin de savoir comment ils réagiront face à telle ou telle situation. L’histoire se construit alors en fonction d’eux.

La difficulté de cette méthode est de se laisser embarquer par ses personnages et ne plus avoir comment terminer.

 

L’intérêt de l’intrigue

Nous avons vu que l’intrigue est le moteur de l’histoire.

Pourtant, il existe des histoires sans intrigue. Dans ce cas, l’histoire peut éveiller, avec de la chance, la curiosité du lecteur, mais en aucun cas, elle ne le fera prendre part au récit. Le lecteur ne sera pas impliqué émotionnellement.

L’intrigue permet d’impliquer le lecteur. Elle oblige le lecteur à se souvenir de ce qui s’est passé, de comprendre les liens qui unissent les événements et les personnages. Elle lui demande également, implicitement, de deviner quelle pourrait être l’issue du récit.

 

 

Si jamais vous avez envie que je traite d’un sujet, laissez-moi un commentaire, j’y répondrai avec plaisir lors d’un prochain article.

 

Vous aimerez aussi :

startup-593336_640ptitTravailler son plan détaillé

persoptitConstruire les personnages

writing-440263_1280ptitAutobiographie ? Autofiction ?

home-office-336377_640ptitLes résidences d’auteurs

 

 

 

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *