Mots éparpillés : Février 2016

motseparpillesVoici aujourd’hui le cinquième rendez-vous interblogueur « Mots éparpillés » de la saison. Nous allons pouvoir découvrir les textes inspirés par la photo donnée le mois dernier. Merci par avance aux blogueurs qui auront participé 🙂

 

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist. 

 

photo5
Quand le rat
n’est pas là,
les pourris
de la nuit
en profitent.
Ils vont vite
au repaire
des faussaires.

 

Ce soir, le rat s’échappe.
Pourquoi est-il si gai ?
Peut-être parce qu’il fuit
les coups, les beignes, les tapes
des pourris au cœur laid
qui se battent dans la nuit.

 

Quand le rat
n’est pas là,
les pourris
de la nuit
en profitent.
Ils vont vite
au repaire
des faussaires.

 

La discipline du rat,
les pourris en ont marre.
Ils sont sans foi ni loi.
Rester avec ceux-là,
c’est vivre un vrai cauchemar,
ils se prennent pour des rois.

 

Quand le rat
n’est pas là,
les pourris
de la nuit
en profitent.
Ils vont vite
au repaire
des faussaires.

***

Découvrez les autres participations de ce mois-ci :

Margarida Llabres de « Les mots de Marguerite »,
Sylvette Neples à la fin de cet article,
– Agnès Audibert de « Mes livres, mes lecteurs et moi »,
Pom de Pin de « Pom de Pin in Wonderland »
Marie B de « J’habite à Waterford ».

***

Le 15 de chaque mois, nous vous soumettons une photo de ces mots éparpillés pour que vous les libériez le 15 du mois suivant par un texte.

Pour participer, rien de plus simple :

  • écrire un texte inspiré de la photo (entre 100 et 300 mots) et le publier sur votre blog le 15 du mois suivant.
  • intégrer dans votre article la phrase « Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist. » (sans oublier d’activer les liens vers les blogs)
  • nous faire savoir que vous avez écrit en commentant chez nous que votre article est en ligne.

De notre côté, sur nos blogs respectifs, nous mettrons les liens des participants à la suite de notre propre texte.

 

En juillet prochain, nous publierons un e-book de toutes vos participations, téléchargeable sur nos blogs. Si vous souhaitez que votre texte n’y apparaisse pas, merci de nous le signaler lorsque vous mentionnez votre participation dans les commentaires.
Vous pouvez trouver l’e-book de l’édition 2014-1015 en cliquant ici !

 

Voici la photo pour les textes du 15 mars. Merci à Sofie depuis Paris pour sa photo 🙂

Sofie depuis Paris2

Photo de Sofie depuis Paris – Mots éparpillés 15 mars 2016

Laissez libre cours à votre inspiration !

 

Texte de Sylvette Neples :

Boulragan Tony Tempête

Un coup d’œil rapide sur cette photo et voilà que des gros mots sautent à mes yeux : ouragan, tonne, tempête, rat, pourris…
Un malaise s’empare de mon cœur si tendre en cet instant, et je voudrais effacer ces mots, lourds, moches et synonymes d’éléments déchainés.
Alors d’un geste machinal j’essuie mes lunettes usagées et rincées de larmes amères et tout à coup les mots se mettent à danser, donnant de la légèreté à cette page beige.
La rat devient de l’art, les pourris lancent un beau soupir, l’ouragan se transforme en une belle et douce brise réconfortante et tony tempête, empruntant l’air (le R) restant des pourris, devient trompette pour sonner la victoire des mots.
La musique enveloppe mon âme toute entière et tout devient possible. Je me rends compte que Boulragan, et Tony Tempête sont peut être des personnages illustres d’une BD d’action qui lance ainsi sa promotion. Ma grande ignorance nécessite un long silence.
Mais qu’importe ! Les mots dansent toujours devant mes yeux et j’en profite pour les coucher avec passion sur le papier.

13 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *