Interview de Laurence et Véronique d’Exp’active

Ce mois-ci, nous allons découvrir Laurence et Véronique, toutes les deux d’anciennes expats, revenues à Aix-en-Provence où elles ont créé le réseau Exp’active.

***

logo3Bonjour Laurence et Véronique. Il y a un an, vous lanciez le réseau « Exp’actives ». Pouvez-vous nous le présenter en quelques mots ?

Exp’active est un réseau de femmes expatriées ou de retour d’expatriation basé sur la région de Provence. Il a été créé en avril 2014. L’interculturel et le multiculturel sont ses vecteurs fédérateurs. L’intelligence collective et l’expertise en sont ses moteurs.

Comment vous est venue l’idée et l’envie de créer Exp’active ?

Véronique : Pour des femmes actives, en reconversion et créatrices d’entreprise, comme nous, il y avait une vraie nécessité de se rassembler, de partager des idées, des expériences, un réseau et des compétences, pour rompre l’isolement, générer de l’énergie positive, de la motivation et bénéficier de regards croisés pour dynamiser les activités de chacune. C’était aussi l’occasion de travailler ensemble, sur certains projets et de jouer sur notre spécificité et notre complémentarité pour pouvoir répondre à des demandes plus grandes et complexes et offrir un panel de services plus complet.

Autour de Laurence et Véronique, s’est greffé un réseau dynamique de femmes issues de tous les horizons, avec des expériences d’un peu partout dans le monde ou en France.

Quel est votre public cible ?

Nous avons créé un réseau qui nous ressemble, autour de nous nous avons beaucoup de femmes isolées dans leurs activités, extrêmement compétentes dans leur domaine, innovatrices et compétitives, concentrées sur le besoin d’avancer, de faire marcher leur activité, en manque d’échanges, avec une vraie nécessité de rencontres, d’ouvertures sur certaines techniques, comme le web, le marketing pour faire parler de leurs services ou produits. Elles sont en général multilingues, polyglottes et très ouvertes sur toutes les tendances des marchés. Elles ont beaucoup bougé, pour leur vie professionnelle ou pour suivre celle de leur mari. Elles ont su recréer une activité professionnelle une ou plusieurs fois, dans de nouvelles conditions et dans de nouveaux domaines.

Que proposez-vous ?

Le réseau Exp’active vise à :
– Favoriser les rencontres et enrichir le réseau professionnel d’une manière conviviale
– Echanger des expériences différentes et des préoccupations communes dans le but de s’aider et de se conseiller
– Partager des expertises complémentaires afin de créer des synergies
– S’ouvrir à des compétences différentes et nouvelles et favoriser l’accès à la formation
– Mutualiser les compétences afin de promouvoir les talents
– Fédérer les talents et impulser les initiatives pour grandir

logo3

Que conseillerez-vous aux femmes lors de leur expatriation ?

Un bon départ dans l’expatriation demande de l’envie et de la flexibilité intellectuelle, mais aussi la connaissance des différentes phases de l’intégration, dont un possible choc culturel. Il faut se préparer et aussi ne pas laisser l’isolement s’installer. Trouver des communautés avec qui vous pouvez échanger. Apprendre la langue du pays est fortement recommandé, cela permet non seulement de s’intégrer mais aussi de mieux comprendre la culture du pays.

Rester ouverte et positive pour profiter de ce que ce nouveau pays a à vous offrir.

Que conseillerez-vous aux femmes lors de leur retour d’expat ?

Un retour d’expatriation se prépare, comme une expatriation, les phases d’intégration seront les mêmes que celles connues lors de l’expatriation. Cependant, le choc culturel peut être plus sévère lors du retour car il y a la frustration de revenir chez soi et de ne plus rien reconnaître. Evitez le « bashing » de votre pays, reprenez votre « expat-attitude » et découvrez à nouveau le pays qui vous a vu naître.

Nous avons mis en ligne sur le site une infographie concernant le risque d’isolement avec quelques conseils pour le rompre que je conseille vivement aux deux types de profil.

Sur un plan professionnel, nous leur conseillons aussi de ne pas sous-estimer leur expérience à l’étranger même si ces dernières ont été des expériences dans le volontariat.

Merci beaucoup Laurence et Véronique.
Retrouvez-les sur leur site Exp’active.

 

Vous aimerez aussi :

indexptitInterview

Adeline Ferrier

Sophie Noël

Stéphanie de Yucca Editions

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *