Le schéma actantiel

computer-564136_640Lors du précédent article, nous avons vu comment, de manière générale, élaborer un plan pour votre récit.

Aujourd’hui, nous allons regarder de plus près un des outils qui aide à y voir plus clair : le schéma actantiel. Il porte sur les personnages et les relations qui existent entre eux.

Ce schéma a été inventé dans les années soixante, par Algirdas Julien Greimas (1917-1992), linguiste et sémiologue.

 

Les actants

Le schéma actantiel est composé de 6 constituants, nommés « actants ».

Le SUJET, généralement le personnage principal, poursuit la quête d’un OBJET (ou il lui est confié une mission).
Cette dernière lui est demandée par les DESTINATEURS et bénéficiera à des DESTINATAIRES.
Des ADJUVANTS, souvent des personnages secondaires, aideront le héros à accomplir sa mission.
Et des OPPOSANTS feront en sorte de lui mettre des bâtons dans les roues.

schema actantiel

Les axes de la description

Ces six actants sont reliés entre eux  et forment trois axes de la description :

l’axe du vouloir / du désir (ou de la quête) lie le sujet à l’objet. Cette relation est appelée la jonction. Il peut être question de conjonction lorsque l’objet est conjoint au sujet (par exemple, le prince épouse la princesse) ou de disjonction lorsqu’il lui est disjoint (par exemple, le meurtrier se débarrasse du corps de sa victime).

l’axe du pouvoir lie l’opposant et l’adjuvant. L’adjuvant aide à la réalisation de la jonction souhaitée entre le sujet et l’objet (pouvoir positif) alors que l’opposant y nuit (pouvoir négatif).

l’axe de la transmission / du savoir lie le destinateur et le destinataire. Le destinateur est ce qui demande que la jonction entre le sujet et l’objet soit établie. Le destinataire est ce pour qui la quête est réalisée. Parfois, les destinateurs sont également les destinataires.

schema actantiel axes

 

Quelques points

Dans un même récit, il peut y avoir plusieurs schémas actantiels puisque plusieurs quêtes peuvent être menées conjointement par un ou plusieurs héros.

Un actant correspond généralement à un personnage mais pas forcément. Cela peut aussi bien être un être vivant qu’un objet (par exemple, une épée) ou un concept (par exemple, le courage, la peur).

Il peut exister de faux actant. Par exemple, un personnage peut croire qu’un autre est adjuvant pour telle action alors qu’en réalité, il ne l’est pas.

 

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir un peu plus clair sur ce qu’est le schéma actantiel. La prochaine fois, nous étudierons un autre outil d’élaboration de plan : le schéma narratif.

 

Si jamais vous avez envie que je traite d’un sujet, laissez-moi un commentaire, j’y répondrai avec plaisir lors d’un prochain article.

 

Vous aimerez aussi :

to-write-224591_1280ptitComment faire un plan ? organization-582919_640ptitLe schéma narratif in-the-workplace-582926_640ptit3 bonnes raisons de ne pas commencer son roman

10 comments

  • Margarida

    Bravo pour cet article !
    Cela me replonge dans mes années d’études en linguistique et en littérature…

  • CastillayLeon

    C’est le genre d’article qui me rappelle mes cours de français… La plupart de mes personnage ne suivent pas ce schéma, mais j’aimerais bien l’appliqué dans un futur récit car il peut permettre de bien cadré le déroulement des relations.
    Merci pour ton article

  • oilqui,

    Bonjour, merci pour ce travail. Une question : comment s’écrit actantiel ? Le Larousse et le Robert l’écrivent « actanciel », le TLF « actantiel ». Je l’écivais comme vous avec un « t »mais un collègue l’écrit avec un « c » et mes élèves sont confus, comme moi. Avez-vous le livre source de Greimas ? Rien en ligne… merci !

    • Florence

      Je n’ai pas le livre source de Greimas et ne peux donc pas vérifier.
      Je pense que l’écriture « actanciel » est une dérive admise (entre autres par le Larousse et le Robert), mais qu’il est plus juste d’écrire « actantiel ». Effectivement, ce mot provient d’ « actant », il me semble donc logique de l’écrire avec un T.

  • ALEXANDRE

    bravo, mais je ne vois pas dans le conte « Les fées » la quête du héros.Elle(la soeur cadette) semble soumise et ne pas aspirer à une quête quelconque.
    Merci de me répondre
    Marie

    • Florence

      Le schéma actanciel de ce conte est le suivant :

      Le SUJET est double : les deux sœurs.
      L’ADJUVANT et l’OPPOSANT sont la même personne : la fée, qui présente deux visages différents pour les deux sœurs : positif pour la cadette qu’elle récompense et négatif pour l’aînée qu’elle punit.
      L’OBJET (BUT de l’ACTION) est représenté pour la cadette (sujet 1) par l’eau à puiser et pour l’aînée (sujet 2) par la recherche de l’obtention du même don que sa sœur.
      Le DESTINATEUR et le DESTINATAIRE sont le même personnage : la mère, qui pousse ses filles à accomplir ces quêtes pour elles.

      🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *