Interview de Fabien Hérisson

Ce mois-ci, j’ai décidé d’interviewer un ami de longue date, Fabien Hérisson. La vie nous a séparé mais une passion commune nous a permis de rester en contact : les livres ! Je suis épatée par ce qu’il a entrepris, entre autres la création du site Livresque du Noir.

 

***

 

Bonjour Fabien.

 

Comment t’est venue l’idée de créer Livresque du Noir ?
En tant que lecteur, je me posais souvent la question de ce qu’il pouvait se passer derrière le rideau. Qu’est-ce qui motive un auteur à écrire son roman, pourquoi telle thématique… En fréquentant des salons et en discutant avec quelques-uns d’entre eux, je me suis aperçu qu’ils avaient des choses intéressantes à raconter sur le sujet. Pourtant, cela transpirait peu dans les interviews disponibles ici ou là sur la toile. De plus, on retrouve peu ou prou toujours les mêmes auteurs dans ce traditionnel jeu des questions-réponses,.
A partir de ce constat, j’ai eu envie de créer un site où tous les auteurs de littérature noire auraient non seulement leur place mais aussi une totale carte blanche pour s’exprimer.

 

Peux-tu nous en expliquer le principe ?
Le principe est on ne peut plus simple. Comme je l’ai abordé dans la question précédente, les auteurs ont carte blanche pour parler de leur roman. Ce qui signifie qu’ils peuvent aborder leur roman sous l’angle de leur choix, sans contrainte et sans tabou.
Pour être honnête, ils ont une seule contrainte. C’est d’écrire un texte qui ne soit pas un résumé du livre. Le but étant d’offrir aux lecteurs la face cachée du roman, le making-off. Un peu comme la partie bonus d’un DVD. D’ailleurs, la rubrique s’intitule « Regards d’auteurs ».
Pour le reste, ils sont libres. Certains trouvent ça gênant car ils ont l’habitude d’être guidés par des questions dans les interviews. Mais les interviews ont généralement une fâcheuse tendance à brider le champ de réponse des auteurs, alors qu’ils ont tant de choses passionnantes à nous faire découvrir.
Le second principe de Livresque du Noir, c’est de permettre à des auteurs inconnus, ou peu connus du public, de disposer d’une vitrine commune avec des plumes plus renommées, et de leur permettre de faire découvrir leur travail.
Nous avons la chance, en France, d’avoir des auteurs talentueux, et qui n’ont pas la chance d’être publiés dans de grandes maisons d’éditions. Les médias font la part belle aux auteurs anglo-saxons, et mettent en lumière, selon la mode, tantôt les polars scandinaves, tantôt les polars hispaniques. Mais quid du vivier francophone ?

 

 

Que t’apporte ce site ?
J’ai coutume de dire que ce site ne m’apporte rien, si ce n’est le plaisir de laisser la parole aux auteurs.
D’ailleurs, mon nom ne figure pas sur le site, et aucun article n’est signé de ma main. (chaque billet est signé Le Proprio)
En effet, je ne suis que le propriétaire du site. En tant que propriétaire, j’en paye l’hébergement et le nom de domaine. Pour ce qui est de l’ameublement et de la gestion des locaux, ce sont les auteurs qui en sont les maîtres. Livresque du Noir est un site fait par les auteurs, pour les lecteurs.

 

L’entretenir te prend beaucoup de temps ?
Le temps consacré à l’administration du site reste subjectif au regard du temps qu’un auteur passe à écrire un roman.
C’est pourquoi je considère que les heures passées à la maintenance du site, aux mises à jour et à la publication des textes transmis par les auteurs, sont rédhibitoires.
Pour donner un ordre d’idée, la mise en ligne d’un « regard d’auteur » me prend environ d’une à deux heures, selon les informations à ma disposition. Entre la relecture du texte (et la correction d’éventuelles coquilles), la mise en page, la recherche des informations connexes (les différents liens présents dans la barre latérale), l’ajustement de la photo au format du site… le temps consacré peut varier du simple au double.

 

As-tu des projets pour le site (de développement, de modification, d’extension, etc.) ?
Pour le moment, rien n’est envisagé. Le site a subi un lifting récemment, et présente déjà plusieurs offres (toutes gratuites, je précise), tant pour les auteurs, que pour les blogueurs et éditeurs.
Je me permets d’ailleurs de les lister ci-dessous, si des lecteurs se montraient intéressés :
  • Pour les blogueurs, lien vers les chroniques correspondantes de leur blog,
  • Pour les auteurs et éditeurs, publication de la bannière publicitaire des romans en page d’accueil,
Une boutique a également vu le jour il y a quelques semaines, pour ceux qui souhaiteraient s’offrir des « goodies » Livresque du Noir.

 

Merci beaucoup Fabien.

 
 
Vous aimerez aussi :

Interview
Françoise Clechet

Interview
Sylvie du Coin des voyageurs

Haydée ptit

Interview
Haydée de Travel Plugin
 

Christie Bronn

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *